Partagez|

You. Me. And...? [The Collins']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Andrew J. Collins
_______________________


avatar


● Messages : 1397
● Camps : Résistance
● Situation : Célibataire. Malheureusement.
● Activitées : Photographe

Pensine
Pseudo IRL: Sarah
Double comptes: Caleb I. Jenkins

MessageSujet: You. Me. And...? [The Collins'] Mer 13 Fév - 20:50

Andrew & Alaska Collins
« And I want you to know that I am both happy and sad and I'm still trying to figure out how that could be. »

Le mariage a été somptueux. Enfin ! Rien d'extraordinaire non plus, les moyens de la Résistance étaient encore limités à cette époque là, et le marié avait invité beaucoup plus de monde que ce qu'on lui avait imposé. Mais la mariée... la mariée était somptueuse. Elle portait une robe immaculée qui faisait ressortir sa peau mate, un dos nu vertigineux qui dévoilait sa peau parfaite, une coiffure élégante qui relevait ses cheveux dans un chignon savamment négligé... Alaska était réellement à couper le souffle. A tel point que, dans mon costume trois pièces, j'avais l'impression d'être un péquenaud sans envergure. Alors qu'elle avançait vers l'autel, les yeux brillants et un sourire gêné aux lèvres, je me surpris à imaginer être plongé dans un beau rêve dont quelqu'un allait forcément venir me tirer d'une seconde à l'autre. Mais personne ne vint me réveiller, et je pense pouvoir confirmer l'adage en disant que c'était bel et bien le plus beau jour de ma vie. Stressant, fatiguant, et abrutissant, mais définitivement le plus beau jour de ma vie. Ce jour de juin 1998, Alaska m'a dit "Oui", et est devenue Madame Collins.

Grace à la cagnotte qu'ont réuni les invités, on a pu s'offrir un court voyage de noce dans les îles, une vraie coupure, la première, depuis notre rencontre. Des vacances. Loin de tout, loin de la résistance, de l'ODT, du conflit, des interrogatoires, et des autorisations de sortie. Tous les deux, à l'autre bout du monde. Pour la première fois, on a profité. On a été un vrai jeune couple. Un couple normal. On s'est aimés, on a rit, on a joué les touristes, et on est rentrés. Le retour à été assez brutal, mais on était heureux de retrouver notre appartement. Notre chez nous. C'était il y a plus d'un an maintenant. Aujourd'hui, la guerre est terminée, le pays se reconstruit, à sa manière, la Résistance n'a plus vraiment de raison d'être, et ma vocation, la seule de ma vie, a quasiment disparue. Aujourd'hui, nous aidons les Aurors à retrouver les anciens membres de l'ODT, mais bientôt, cette chasse prendra fin elle aussi, et il nous faudra tous trouver une nouvelle raison de nous lever le matin. Je passerai peut-être le concours d'Auror... Aujourd'hui, Alaska et moi pouvons sortir dans les rues de Londres sans craindre une agression, sans avoir besoin d'une autorisation. On a plus à se cacher, les mises à prix sur nos têtes ont disparu, les murs de notre appartement s'habillent de nouvelles photos, de nouvelles têtes. On vit ce qu'il y a de plus proche d'une vie normale. Notre rêve.

Alaska cherche du travail. L'avantage de la fin de la guerre : il y a du boulot partout. On peut choisir. Mais plus on a le choix, moins on arrive à se décider. Assis dans un café du Chemin de Traverse, j'attends qu'elle revienne d'un entretien qu'elle avait à onze heures. Ce quartier, il y a encore quelques mois, on aurait jamais pu le traverser sans avoir à se défendre. Maintenant, on se balade, on prend le soleil en terrasse, et on boit dans les pubs. Les clochettes au dessus de la porte d'entrée tintent, et Alaska fait son entrée, m'arrachant un sourire béat. Je me redresse, et retire mes affaires de la banquette pour qu'elle puisse s'asseoir près de moi. « Hey ! » lançais-je avant de l'embrasser et de me pousser un peu. « Je t'ai commandé une biéraubeurre ! Alors, comment ça s'est passé ? » Demandais-je timidement.


© Chieuze


_________________
hold your breath &COUNT TO TEN.
Deux étrangers dans une même aventure. Deux étrangers vont changer le futur. D'un même espoir, le besoin d'y croire vraiment. C'est le début, je le sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaska S-H Collins
_______________________


avatar


● Messages : 145
● Camps : Neutre
● Situation : Fiancée
● Activitées : 7ème année

Pensine
Pseudo IRL: Maloù
Double comptes: /

MessageSujet: Re: You. Me. And...? [The Collins'] Ven 15 Fév - 9:53


Andrew & Alaska
« You. Me. And...? »


Je suis mariée. J'ai encore du mal à y croire. Mais j'adore ça. Parfois, je me pince pour être sure que je ne rêve pas. Mais non. Tout ceci est bien réelle. Heureusement. Je me souviens d'Andrew. Il était magnifique dans son costume au bout de l'allée. Et son sourire.. Je crois que je ne l'oublierai jamais et.. Ah! Désolée! Je la fixe la personne que j'ai bousculé sur le chemin de Traverse. Je m'assure qu'elle n'a rien avant de reprendre ma route en redescendant sur terre. Je vais devoir le lui dire. Et.. Comment?! Je me pince un peu les lèvres avant d'entrer dans le pub où nous nous étions retrouvés il y a.. deux ans maintenant. Je fixe un instant l'endroit avant de l'apercevoir dans un coin de la salle. Il me sourit en me voyant et je ne peux m'empêcher de lui répondre en souriant même si.. l'angoisse me serre un peu la gorge. Je m'approche de lui et prend place près de lui. Je réponds à son baiser quand il me l'offre et je lui attrape une main et.. Oh mince, la question qui tue. Pourquoi je lui ai dit ça? Pourquoi je lui ai dit que j'avais un entretien? Enfin.. C'est une sorte d'entretien, non? Hm. Je le fixe avant de lui embrasser la joue doucement. Oh.. Ca été. J'aurai une réponse dans quelques jours... C'est.. Enfin.. Normal. Tu vas bien? Je lui revole un baiser et regarde la biéraubeurre devant moi. Je fixe le verre un moment. Si je le suis, je ne peux pas avaler ça.. Oh mince.. Hm. C'est gentil. Merci. Mais hm.. Bon... Andrew, je dois t'avouer quelque chose. Mais avant.. Ne m'en veux pas, d'accord? Je.. ne savais pas trop comment m'y prendre et.. Excuse-moi. Je lui souris un peu. Ça devait bien arriver à un moment ou a un autre, hein. Mais j'avoue que j'aurais préféré le lui dire une fois réellement fixer. Mais en même temps, on s'est promis de toujours tout se dire alors je me sens mal de lui avoir rien dit avant. Je lui attrape une main et la lui serre. Hm... Voilà, je n'ai pas été à un entretien pour du travail parce que le précédent m'a accepté ce matin. Je vais travailler dans la boutique de livres. Je souris un peu. J'adore les bouquins et c'est juste en attendant mieux, en attendant de pouvoir passer le concours pour devenir Auror. Mais bref, c'est autre chose ça. Donc.. Je suis allée plutôt à Sainte Mangouste parce que j'y avais un rendez-vous. Heu.. J'ai fait une prise de sang et dans quelques jours, je.. non.. on saura les résultats. En principe, je pourrais le savoir rapidement mais je préfère t'en parler et.. Enfin.. Je soupire légèrement et inspire profondément. [/b] J'ai du retard. De deux semaines. Et.. J'ai fait une prise de sang pour savoir si je suis oui ou non enceinte. [/b] Je le fixe en souriant légèrement.. Oh bon sang, je n'aurais jamais du lui mentir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew J. Collins
_______________________


avatar


● Messages : 1397
● Camps : Résistance
● Situation : Célibataire. Malheureusement.
● Activitées : Photographe

Pensine
Pseudo IRL: Sarah
Double comptes: Caleb I. Jenkins

MessageSujet: Re: You. Me. And...? [The Collins'] Dim 24 Fév - 12:57

Andrew & Alaska Collins
« And I want you to know that I am both happy and sad and I'm still trying to figure out how that could be. »

Alaska a l'air embarrassé, mal à l'aise. Son entretien se serait si mal passé que ça ? Je lui prends les mains avec douceur, et peine à dissimuler l'air inquiet qui s'affiche sur mon visage. « Oh.. Ca été. J'aurai une réponse dans quelques jours... C'est.. Enfin.. Normal. Tu vas bien? » Plus que bizarre, on dirait qu'elle évite soigneusement de me regarder. D'habitude, elle me raconte l'entretien par le menu, en énumérant chaque question, chaque réponse, chaque haussement de sourcils. Et là, rien. Ca ne lui ressemble pas, mais je me contente de froncer les sourcils, sans rien n'ajouter. Chaque chose en son temps. « Oui, oui ! » répondis-je.« J'ai pas décollé d'ici, comme tu peux le voir ! Tiens, ton verre. » Alaska toisa son verre comme si c'était une horrible potion du professeur Rogue. Il n'y a pourtant rien de meilleur que la biéreaubeurre, c'est bien connu ! J'en fais une consommation assidue depuis mes treize ans, et j'en ai toujours pas assez. « C'est gentil. Merci. Mais hm.. Bon... Andrew, je dois t'avouer quelque chose. Mais avant.. Ne m'en veux pas, d'accord? Je.. ne savais pas trop comment m'y prendre et.. Excuse-moi. » La panique m'envahit. Automatiquement, je pense au pire : un rendez-vous galant ? Elle a rencontré quelqu'un ? Elle me trompe ? Elle va me quitter ? Elle ne m'aime plus ? Les battements de mon coeur s'accélèrent, j'ai des palpitations dans l'oreille, et j'ai soudainement un violent mal de ventre qui me tord les boyaux. Je déglutit, et ouvre la bouche pour répondre, mais j'ai la gorge tellement sèche qu'aucun son n'en sort. Je me racle la gorge, esquisse un sourire-grimace, et m'apprête à voir ma vie m'effondrer. « Je... Je t'écoute... Ca peut pas être si terrible que ça...? » articulais-je difficilement, tentant de me montrer décontracté et conciliant. « Hm... Voilà, je n'ai pas été à un entretien pour du travail parce que le précédent m'a accepté ce matin. Je vais travailler dans la boutique de livres.» Me voilà partagé entre l'inquiétude et l'envie de la féliciter. J'arbore un nouveau sourire, que je tente de rendre plus chaleureux que le précédent, mais la panique le déforme et ne me rend que plus pitoyable. Voilà, je me sens pitoyable, craignant de la perdre pour de bon. Je suis tellement habitué à craindre l'ODT que j'ai toujours cru que si ça devait se terminer entre elle et moi, ça serait parce que l'un de nous se ferait tuer. Je n'ai jamais pensé qu'elle pourrait me quitter, simplement, normalement. Et cette idée me donne envie de renier toute fierté, toute dignité, de me jeter à se pieds et de la supplier de rester. Je suis prêt à changer, à être tout ce qu'elle voudra, d'être un meilleur marié, un meilleur amant, tout ce qu'elle veut ! Mais au lieu de ça, j'ouvre la bouche pour dire dans un sourire : « C'est super... Tu étais où, alors ? ». Les mots sortent difficilement, et le volume est presque sur OFF. Et mes yeux... je ne me vois pas, mais je visualise très bien la tête que je fais. Un regard qui dit : "Achève-moi, maintenant." Je lui lâche les mains, me disant que si elle est en train de me quitter, elle ne doit probablement pas aimer le contact de ma peau sur la sienne dans un moment pareil... Ou bien peut-être que c'est moi qui ne supporte pas le contact de la femme qui va me briser le coeur ? « Donc.. Je suis allée plutôt à Sainte Mangouste parce que j'y avais un rendez-vous. Heu.. J'ai fait une prise de sang et dans quelques jours, je.. non.. on saura les résultats. En principe, je pourrais le savoir rapidement mais je préfère t'en parler et.. Enfin.. Je soupire légèrement et inspire profondément... J'ai du retard. De deux semaines. Et.. J'ai fait une prise de sang pour savoir si je suis oui ou non enceinte. » A ce moment là, c'est assez difficile de vous expliquer tout ce qui s'est mélangé en moi, toutes les émotions, tous les sentiments, toutes les pensées. Alors, je vais les prendre une à une. D'abord, le soulagement. Dans mon corps, tout s'est remis en route d'un coup, et à semblé vouloir rattraper le retard pris depuis cinq minutes. Les battements de mon coeur se sont encore accélérés, mes oreilles se sont mises à siffler, mon mal de ventre s'est transformé en flipper, et ma respiration à semblé reprendre. J'ai d'un coup réalisé que je n'avais pas besoin d'avoir peur. C'était pas ça. Elle n'allait pas me quitter, elle n'avait pas rencontré quelqu'un d'autre, elle voulait encore de moi. A partir de ce simple constat, mon cerveau, lui aussi, s'est remis en route, lui qui depuis qu'Alaska avait ouvert la bouche, s'était mis en stand-by, cédant à la panique comme la pire des rombières, incapable de réfléchir avec calme, courant en rond, en hurlant sa folie. D'un coup, je me suis senti plus calme, comme si, maintenant que ma pire peur était calmée, je pouvais enfin me concentrer sur le vrai fond du problème. Je me redressais, chassant mon air effrayé, affichant maintenant une mine sérieuse, attentive, et soucieuse. Alaska à Sainte Mangouste ? Pourquoi ? Est-ce-qu'elle était malade ? A nouveau, le cerveau en stand-by. Malade ! C'est grave ? A quel point ? Un cancer ? Je supporterais pas de la perdre ! Oh, mon dieu, qu'est-ce-que je dois faire !? A nouveau, courir en rond en hurlant sa folie. Je ne dis rien jusqu'à ce qu'elle termine ce qu'elle a à me dire, et quand enfin, elle s'arrête, me regardant avec ses yeux terrifiés et coupables, tout s'arrête. Je m'attendais à tout sauf à ça. Le message met du temps à monter à la tête. Le temps d'arrêter toutes mes fonctions vitales. Pendant un instant, je ne suis plus là. Le mot fatidique résonne dans ma tête tel une bombe, et je n'arrive plus à réfléchir à quoi que ce soit, je n'arrive plus à respirer, mon corps ne répond plus, je ne fais que fixer un point droit devant moi en pensant à ce mot : "enceinte" qui amène avec lui un deuxième mot : "bébé". Ce simple mot fait repartir le coeur. Je vais peut-être être papa. Les poumons repartent, sacadés. Alaska est terrifiée. Le cerveau repart. Je lui prends les mains à nouveau, et m'approche d'elle, affichant mon premier vrai sourire confiant depuis qu'elle est arrivée. « Tu auras les résultats quand ? » demandais-je d'une voix calme et confiante, sans revenir sur ses cachotteries. A quoi bon ? Ca n'a pas vraiment d'importance, elle a fait ce qu'elle pensait être juste, n'a pas voulu m'alarmer pour rien. Je m'en veux simplement de ne rien avoir remarqué, et de ne pas avoir été là pour l'aider à faire face. Et puis, à l'heure actuelle, c'est pas vraiment le plus important, de savoir pourquoi elle ne m'a rien dit. On s'en fout ! On va peut-être être parents. Aussi étrange que ça puisse paraître, malgré ma peur, mon manque d'assurance et mon inexpérience totale dans le domaine, une chaleur intense envahit ma poitrine. J'essaye de la contrôler, mais la conclusion reste la même : j'ai envie d'être papa. Mais je n'en dit rien, ne voulant non seulement pas inquiéter Alaska qui n'est peut-être pas du même avis, et ne voulant pas risquer une déception à coeur ouvert. Pourtant, j'ai du mal à ne pas sourire. Je souris. J'embrasse Alaska. Je voudrais m'enflammer, dire tellement de choses dont je ne me suis senti capable, parler de tous ces projets qui ne m'ont jamais traversé l'esprit, il n'est qu'une hypothèse, mais je rêve déjà de lui, et maintenant c'est trop tard. La pensée m'a envahit le coeur, et me bouffe de l'intérieur. Je veux être papa. « Quoi que tu décides, je suis là. Je t'aime, plus que tout au monde, et ça va aller. Quoi qu'il arrive... D'accord ? »


© Chieuze


_________________
hold your breath &COUNT TO TEN.
Deux étrangers dans une même aventure. Deux étrangers vont changer le futur. D'un même espoir, le besoin d'y croire vraiment. C'est le début, je le sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaska S-H Collins
_______________________


avatar


● Messages : 145
● Camps : Neutre
● Situation : Fiancée
● Activitées : 7ème année

Pensine
Pseudo IRL: Maloù
Double comptes: /

MessageSujet: Re: You. Me. And...? [The Collins'] Jeu 28 Fév - 8:59


Andrew & Alaska
« You. Me. And...? »


Par Merlin! Mais qu'est-ce que je lui ai dit pour ne pas qu'il me réponde? Je le fixe me fixer et pendant que je parle, je vois ses émotions passer du désespoir à être rassuré puis l'inquiétude et puis là, depuis quelques secondes, plus rien. Je n'aurais rien du lui dire? Ce silence commence un peu à m'inquiéter et me rendre nerveuse. Il m'en veut. C'est ça! J'aurais du lui dire dès le départ pour aujourd'hui, pour avant aussi. Oh bon sang! On s'était promis de ne rien se cacher et moi qu'est-ce que je fais.. Je lui cache une chose importante! sans doute la plus importante de toute! Je me pince un peu les lèvres tout essayant de retenir les larmes qui me montent aux yeux. On ne s'est jamais vraiment disputés mais je redoute le jour où ça arriverait réellement. J'inspire profondément et quand il me reprend les mains, je comprends que non.. Il ne va pas me faire de reproche et intérieurement, je soupire. Je fixe un moment ses mains autour des miennes. Son alliance, la mienne. Et ça me rassure un peu. Je relève les yeux et son expression a complètement changé. Je vois qu'il se retient de sourire aussi grandement qu'il le voudrait. Son ton n'est plus hésitant mais doux et confiant et.. Ça me calme encore plus. Dans un premier temps, je ne sais pas quoi lui répondre tellement que j'ai eu l'impression qu'il allait m'en vouloir alors je me contente de venir me lover dans ses bras, de poser ma tête contre son torse et de fermer les yeux en entendant son cœur battre. Quelle idiote j'ai été de me dire qu'il aurait pu être fâché et tout un tas d'autres choses. Depuis le temps.. Il a toujours été là, pourquoi est-ce que ça changerait, hm? Je souris doucement et recule la tête pour pouvoir le regarder une fois que je me sois calmée. en fait, je devrais avoir une lettre du médecin qui me donne les résultats dans peu de temps. Elle a dit que ça irait rapidement pour avoir les résultats donc je suppose que dans peu de temps je l'aurai. Je le fixe un moment et je décèle une petite flamme dans son regard que je n'avais jamais encore vue jusqu'à aujourd'hui. J'entrelace mes doigts aux siens avant de lui embrasser la joue. Bien sur que ça va aller. Nous sommes ensembles et.. Rien ne peut défaire ça. Mais je crois qu'on doit parler de l'éventualité d'être parents. Puisque .. C'est peut-être en train d'arriver. Hm... Tu.. Dis-moi sincèrement ce que tu aimerais.. D'accord? J'aimerais savoir parce que je vois biens qu'il y a quelque chose dans ton regard.. Je veux savoir ce que c'est. Je lui souris doucement. Si on m'avait dit il y a quatre ans maintenant que je sortirais avec un né-moldu, que je trahirais les miens afin de m'enfuir avec lui et de me marier avec lui. Jamais je ne l'aurais cru. Et plus encore si on m'avait dit que ça serait avec le garçon étrange et collant du Lac Noir. Mais ce garçon étrange et collant du Lac Noir a bien fait de l'être... Et de ne jamais lâcher le morceau. Je le fixe longuement. Je le revois encore s'approcher de moi avec son allure nonchalante, son sourire accroché aux lèvres et ce, quoique je lui dise. Andrew Collins... Depuis le début il a été la lumière que je devais suivre et pendant un moment, il a été la lumière que je me sentais de fuir. Je lui lâche les mains pour venir les poser sur ses joues, je le fixe droit dans les yeux avant de sourire doucement et de venir l'embrasser le plus tendrement et le plus amoureusement que je peux. Je t'aime.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
_______________________





MessageSujet: Re: You. Me. And...? [The Collins']

Revenir en haut Aller en bas

You. Me. And...? [The Collins']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Panier cadeau G.M Collins 300$ fin: 31 octobre
» Amber Heard, avatars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APARECIUM ::  THE MAGIC WORLD :: Chemin de Traverse-